CPM – COMPORTEMENT EN CAS D’ACCIDENT – 15 janvier 2023

Les membres de la CASIM 44 se sont retrouvés au foyer de l’Aubinière à Sainte-Luce-sur-Loire dimanche matin pour suivre un cours de perfectionnement sur le thème de la Comportement En Cas d’Accident (CECA). 

Florence et Olivier ont ouvert la séance par un rappel des chiffres de l’accidentalité en Loire-Atlantique pour le mois de décembre 2022. Ces statistiques permettent de prendre conscience des risques liés à la circulation routière et de l’importance d’être préparé à faire face à une situation d ’urgence. 

*Cliquez sur l’image ci-dessus pour accéder au document complet

En règle générale, les membres de la CASIM sont déjà sensibilisés à cette problématique mais il n’est pas inutile de rappeler les trois étapes essentielles pour secourir des victimes dans de bonnes conditions :

Protéger – Alerter – Secourir 

Cette séance se concentrera sur les deux premiers points : Protéger et Alerter.  

Les participants sont divisés en 4 groupes et sont chargés d’analyser quatre scenarios d’accidents différents. L’objectif est de lister toutes les actions à mener dans un ordre précis, en fonction de chaque situation, pour protéger soi-même,  les autres témoins, les victimes et alerter les secours. 

Les différentes situations sont matérialisées à l’aide de petites mises en scène réalisées avec des figurines. Chaque groupe inscrit les différentes étapes de l’intervention sur un tableau dans le but de présenter leur analyse aux autres groupes à tour de rôle. 

La mise en commun des analyses et l’expérience personnelle de certains stagiaires permet de faire ressortir des points clés : 

  1. PROTEGER  

Se protéger soi-même, en garant sa moto en dehors de la voie de circulation et en se rendant visible, entre autres avec le gilet jaune, équipement obligatoire pour chaque passager d’un véhicule.  Ensuite, on peut protéger les autres, en signalant les lieux de l’accident, si possible avec de l’aide (autre automobiliste, son éventuel passager…) et, uniquement si vraiment indispensable, éloigner les victimes des zones de danger immédiat. 

  1. ALERTER 

Afin de rendre l’appel aux secours le plus efficace possible, on rassemble les éléments indispensables  :   

  • La localisation précise de l’accident (Adresse ou numéro de la route sur laquelle on se trouve, ainsi que la direction) A noter que certaines applications (MY15 – 112- Liberty-rider) permettent de transmettre automatiquement les informations au service de secours. 
  • Les circonstances de l’accident : choc entre plusieurs véhicules, collision d’un seul véhicule avec un élément fixe ou “simple” sortie de route, et bien sûr le nombre et le type de véhicules impliqués. Le nombre et l’état des victimes   
  • Estimation des risques, que ce soit les suraccidents ou le cas échéant, les signes indiquant les matières dangereuses transportées par un  camion : plaque de code de danger de couleur orange et une plaque symbole de danger, de couleur ou blanche selon le produit transporté). 

Une fois tous ces renseignements en tête, on peut appeler les secours au numéro européen : le 112 (à noter tout de même l’existence du 114 utilisable par SMS, si on ne peut pas parler). 

Ce numéro fonctionnera même si le téléphone est verrouillé, ou s’il ne peut pas normalement se connecter à son opérateur (absence de réseau). 

Cliquez sur ce lien : Transport des matières dangereuses (INRS)

L’opérateur spécialement formé vous demandera de vous présenter (nom, numéro de téléphone sur lequel vous appelez), puis vous demandera une liste d’informations nécessaires à l’analyse de la situation, avant d’envoyer une équipe d’intervention et les véhicules nécessaires aux secours. Il pourra vous guider pour effectuer d’autres actions si nécessaire. 

En aucun cas vous ne devez raccrocher sans l’accord de l’opérateur en ligne ! 

Si vous souhaitez approfondir le sujet, cliquez sur les liens ci-dessous : 

SauveQuiVeut.fr   
   Risque_routier.pdf 

                                                    

La nouvelle année démarre sur les chapeaux de roues avec un CPM – Expérience et comportement

Pour circuler dans de bonnes conditions de sécurité, nous devons être conscients des risques auxquels nous nous exposons en nous déplaçant en deux roues. Ces risques évoluent en fonction de l’environnement dans lequel nous circulons. 

En toutes circonstances, nous devons prendre en compte les conditions météorologiques, être en mesure d’identifier les indices formels et informels qui nous permettront de prendre les bonnes décisions au bon moment.  

Le principe de ce Cours de Perfectionnement Moto (CPM) consiste à diviser l’ensemble des stagiaires présents en petits groupes encadrés par deux moniteurs. Trois groupes sont chargés de déceler les situations à risques dans des environnements particuliers (Ville, campagne, 2×2 voies) et 3 groupes sont chargés de déceler les indices formels / informels que nous devons prendre en compte lors de nos déplacements et évaluer l’impact des conditions météorologiques sur le pilotage d’une moto.   

Chaque groupe est chargé de préparer un petit compte rendu afin de partager son expérience et ses réflexions avec le reste des stagiaires lors du débriefing.  

Les groupes quittent le foyer de l’Aubinière à 14:00 pour un parcours d’une heure et demie adapté au sujet à traiter (Ville, campagne, 2×2 voies, etc.).  

Cette sortie est mise à profit pour donner l’occasion à chaque stagiaire de prendre la tête d’un groupe à tour de rôle, sous le contrôle d’un moniteur placé juste derrière lui dans le groupe. Cette expérience permet de comprendre que la position de leader impose de raisonner en termes de « groupe » et non plus en termes d’individu lors des différentes décisions prises en pleine circulation. (Dépassement, changement de direction, arrêt en sécurité etc..) 

15:30 – Débriefing 

Tout le monde est de retour en salle et chaque groupe fait part de ses observations.  

Toutes les observations sont mises en commun et chaque participant est invité à évoquer son expérience personnelle par des cas concrets vécus lors de la sortie ou dans son passé de motard. La synthèse des échanges permet de réaliser le fichier récapitulatif ci-dessous : 

Une conclusion s’impose rapidement :  Savoir maitriser sa machine ne suffit pas. Avoir les bons comportements et les bons automatismes s’acquiert également par la formation et l’expérience. 

En toute circonstance il faut : 

  • Être vigilant 
  • Observer tout l’environnement 
  • Adapter son regard à sa vitesse 
  • S’assurer d’avoir été vu par les autres usagers 
  • Imaginer les pires scénarios 
  • En un mot : ANTICIPER ! 

Un bon conducteur n’est pas celui qui a de bons réflexes, mais celui qui, par son sens de l’observation n’a pas à s’en servir. 

Cette studieuse après-midi a été clôturée par une dégustation de la traditionnelle galette des Rois.

CPM code de la route 4 décembre 2022

CPM Code de la route

L’un des trois CPM de ce dimanche 4 décembre 2022 était le CPM code de la route.
Dans les locaux du plateau du centre départemental du permis de conduire, une succession de diapositives pour réviser, voire même apprendre des nouveautés sur nos routes. Les stagiaires ont étés très assidus, grâce une animation par un aide moniteur en forme accompagné par une encadrante monitrice d’auto-école.

Afin de prendre conscience des risques d’une conduite sous l’emprise de différentes drogue, alcool, et de la vitesse excessive, on commence par revoir les derniers chiffre

Sous les mêmes conseils avisés des moniteurs, les stagiaires ont découvert ce qui leur a été préparé… Une mini-série de questions avec échange avec les encadrants :

On remerciera Émilie (monitrice de conduite) ainsi que Stéphane, notre aide moniteur, de leur animation et l’ensemble des Casimirs pour leurs échanges interactifs sur le code de la route, le tout dans une ambiance conviviable. Les stagiaires pourront être plus serein sur nos routes en Loire Atlantique grâce à ce rappel qui est utile pour toutes et tous.